Accompagner l’inconnu de l’autre…

Publié par FCV le

 

ACCOMPAGNER L’INCONNU DE L’AUTRE…

La part d’inconnu en l’homme est immense. Ce qui est de l’ordre de l’inexpliqué et de l’indéterminé est immense. L’essentiel, en nous et chez l’autre, reste dans l’obscur et le mystérieux. Cette part que nous ignorons est incommensurable.

La part de l’inconnu, en nous comme chez l’autre, agace notre volonté de savoir et de maitriser. Le champ de l’explication et de l’exploitation des données s’arrête aux portes de l’énigme que chacun véhicule en soi.

Il y a ce qui est ignoré, méconnu, évité, ce qui reste délibérément dans l’inconscient et, plus encore,  dans cette « matière noire » indéchiffrable, toute aussi présente en nous que dans l’univers. La relation d’accompagnement pose le postulat d’accueillir la globalité de la personne : l’immensité de son inconnu, au même titre que ce qui est mesurable et explicable. La force de l’accompagnement vient précisément de cette capacité à accepter l’immense part d’inconnu qui se mobilise lorsque deux personnes se rencontrent. L’accompagnant ne cherche pas à connaître l’autre mais à le reconnaître tel qu’il est, là où il est, là où il en est de sa grandeur comme de sa complexité.

Trouver une explication à chaque chose est lié à une volonté de contrôler et de posséder. C’est réduire le champ des possibles et le limiter à ce qui est connu. Expliquer, c’est souvent une façon de réduire au silence une part originale et inédite, en nous comme chez l’autre. C’est aussi le moyen de se protéger de l’inconnu, de ce qu’il risque de bouleverser.

LE COACHING DE VIE OUVRE NOS HORIZONS, MODIFIE NOS GRILLES DE LECTURE, DEVOILE NOS RICHESSES ET NOS TALENTS.

Le défi d’une société qui sans cesse bouge ses lignes, repousse ses limites, expérimente de nouvelles manières de s’exprimer, de communiquer, de produire et de partager, est précisément de s’ouvrir à ce qui peut surprendre et étonner. La place du coaching de vie, comme forme contemporaine de l’accompagnement en ce 21ème siècle, rappelle la nécessité de nous laisser questionner par cette part d’inconnu en soi. C’est elle qui va ouvrir nos horizons, modifier nos grilles de lecture conventionnelles, dévoiler des ressources et des talents jusqu’alors réduits au silence. Ils émergent d’autant plus facilement que le questionnement est privilégié par rapport à la réponse. La question explore et découvre, la réponse clôt. En ne recherchant pas systématiquement et rapidement une réponse à chacune de nos questions, en se donnant le temps de l’expectative, du rêve, de l’imaginaire, de l’inventivité, nous ne pouvons être que surpris et émerveillés. Accompagner, c’est rester ouvert à ce qui peut surgir et advenir, sans à priori. C’est accueillir et accepter ce qui arrive comme une opportunité d’apprendre de l’inconnu.

L’accompagnement coaching de vie encourage à demeurer ouvert et, d’une certaine façon, vulnérable, sensible et réceptif à l’inexploré. C’est se laisser surprendre par une idée, une perspective et se laisser convaincre que l’innovation ne peut jaillir que d’un état intérieur perméable à l’inconnu. Plus nous l’acceptons, plus nous sommes vivants !

Poser un regard différent sur ce qui préoccupe et se laisser questionner sans attente particulière est la seule voie possible du changement. Prendre le temps de renoncer à des réponses toutes faites, de se laisser questionner sans vouloir de suite obtenir une réponse, d’emprunter une voie différente et d’expérimenter d’autres réflexions, tel est le pari de l’accompagnement coaching de vie.

Roger DAULIN – Coach de vie – Formateur – Président de la FCV

– Cliquer ICI pour revenir sur le blog –

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de cet article ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :