La demande initiale ne deviendra pas un objectif en coaching de vie !

Publié par FCV le

La demande initiale ne deviendra pas un objectif en coaching de vie !

3 exemples en Coaching de vie en situation personnelle

Une problématique annoncée est bien souvent la pointe d’un iceberg. N’oublions pas que le coaching de vie accompagne un changement. Celui-ci nous emmène bien souvent dans des endroits que le mental rationnel n’a pas prévu parce qu’il n’en est pas l’instigateur direct. C’est l’être qui initie. Et il peut se signaler à la conscience de bien des façons.

Pour illustrer les différences entre une demande symptôme et un véritable objectif de vie, cet article vous propose de donner quelques exemples. Quelques effets secondaires seront également présentés. Car oui, les effets systémiques d’un véritable objectif de vie peuvent surprendre !

Exemple 1

La demande initiale

Je veux m’inscrire à une chorale et n’y parvient pas.

Ma cliente pose cette demande dès son arrivée. Pourtant, chaque fois que le sujet de chanter, de prendre des cours de chant, s’invite dans mes questions, un non ferme s’y oppose.

Avez-vous déjà chanté dans une chorale ? Un sourire illumine son visage. Oui, quand j’avais 18 ans. Ma cliente a 50 ans aujourd’hui.

Au fil des questions, il apparait que ces moments où elle chantait dans une chorale, ont été les seuls de son existence où elle a pensé à elle. C’était son moment à elle. Tout le reste de son existence a été voué aux autres : parents puis mari, puis enfants. Aujourd’hui, les enfants ont quitté le nid familial.

Au fur et à mesure de la séance, une évidence émerge : exister en tant que personne à part entière et non pas seulement en lien social (fille de, femme de, mère de, manager de, etc.). Plus envie de ne penser à elle seulement une fois que tous les autres vont bien.

Un objectif inattendu

L’objectif signé ne sera pas de parvenir à s’inscrire à une chorale.

D’ailleurs une fois son objectif validé, elle prévient tout son entourage. Je suis accompagnée par une coach de vie !

La mission de coaching de vie devient le flambeau qui l’aide à maintenir son nouveau positionnement. Elle existera désormais comme une personne à parte entière ! Elle s’autorise à penser à elle, à prendre soin d’elle, à rêver pour elle.

Le témoignage

« Je tire un très bon bilan de cette expérience, en étant tout de même surprise par l’émergence d’effets non prévus au départ : je cherchais à chanter et finalement je me suis retrouvée en tant que personne.

Quelques semaines après la fin de la mission, j’ai même trouvé la motivation pour perdre les kilos que je n’arrivais pas à perdre depuis des années. C’est le double effet « Kiss Cool » ! »

 

Effets secondaires

Dans les effets secondaires inattendus de cette mission de coaching de vie : sa posture de manager dans sa vie professionnelle a également bougé. Elle ne se sent plus autant indispensable. Elle délègue plus facilement et ose même poser des RTT !

D’ailleurs, se déplacer pour venir à ses séances de coaching de vie l’ont poussé à poser des RTT. Au début, elle culpabilisait : suis-je encore une bonne professionnelle si je fais cela ? Cela a nécessité un choix de sa part fort et une mise en acte immédiate.

Exemple 2

La demande initiale

J’ai des problèmes avec ma N+1. Elle ne me respecte pas. C’est insupportable ! Je veux que ça change !

En coaching de vie, on ne peut pas poser un objectif qui concerne une tierce personne. Dans ce cas-là, elle n’est pas partie prenante de cette demande. Le changement relationnel n’est pas souhaité par les deux personnes concernées.

Mes questions la recentrent dans ses besoins à elle. Or, elle n’a jamais pensé à ses besoins propres tellement occupée à tenter de satisfaire ceux des autres. Il faudra plusieurs allers et retours entre besoins et objectif, objectif et besoins avant de parvenir à formuler un objectif.

Un objectif inattendu

Petit à petit l’objectif se dessine qui la concerne elle seule. Un objectif qui concerne sa vie personnelle car ce problème relationnel s’avère dépasser la sphère professionnelle. Elle ne sait pas lâcher prise…

Au cours d’une séance, la N+1 réapparait. Ma cliente tient à dire bonjour en arrivant au bureau. Cela fait partie de ses valeurs humanistes. Or, sa N+1 ne répond jamais. Ce qui réveille un sentiment d’irrespect envers sa personne.

C’est important pour moi de dire bonjour !

Qui a dit que vous ne pouvez pas lui dire bonjour ? Quel est votre ressenti quand on ne vous répond pas tout de suite ?

Silences suivis de réponses, d’autres questions et de quelques prises de conscience.

Comment pouvez-vous faire autrement ?

Ses réflexions la mènent à la conclusion suivante : désormais, elle acte et communique en fonction de ce qu’elle ressent. Elle se détache de ce qui concerne l’autre. Elle admet finalement que son bonjour n’est pas si authentique que cela. Elle cherche à obtenir quelque chose en retour… de la considération !

De la considération… elle décide de se l’accorder toute seule.

Le témoignage

« Avec les séances de coaching, j’ai véritablement pu dépasser mes souffrances et regarder joyeusement vers l’avenir. »

 

Effets secondaires

Parmi les effets secondaires inattendus : alors que comme à son habitude, sa N+1 ne répond pas à son bonjour, ma cliente, souriante, s’éloigne, heureuse d’être restée alignée avec ses valeurs et d’avoir réussi à lâcher prise. Sans aucune attente d’un retour de la part de sa N+1 !

10 minutes plus tard sa N+1 vient dans son bureau lui dire bonjour pour la première fois en 5 ans…

Exemple 3

 

La demande initiale

Je veux trouver une nouvelle activité professionnelle rémunérée et je ne sais pas quoi faire.

Un ancien chef d’entreprise pose cette demande. Tout semble clair ! Le ton est assuré, il semble savoir ce qu’il veut. Il a l’habitude d’avoir ce qu’il veut ! D’où son désarroi de ne pas parvenir à le faire seul.

Oui mais voilà : chaque fois que son objectif arrive à l’étape d’être écrit noir sur blanc sur le contrat et de le signer, il change d’avis. 1 fois, 2 fois, 3 fois. Ces allers-retours vont s’avérer nécessaires. Il s’entête dans sa demande initiale qui, pourtant, semble déboucher sur des impasses. Cependant, c’est un fait :  cette demande initiale refuse de devenir un objectif signé !

Plusieurs séances vont être nécessaires pour faire émerger son véritable objectif. Cet homme n’a pas fait le deuil de son entreprise. Il raisonne « comme avant » alors que sa situation a changé. Qu’il a changé.

Un objectif inattendu

D’ailleurs, chaque outil proposé est systématiquement rejeté. Chaque fois je lui rappelle que c’est une invitation et non pas une obligation.

Chaque fois, il accepte d’utiliser l’outil en grommelant. Chaque fois, des perspectives s’ouvrent. Il déblaye le terrain encombré.  Il se voit et s’entend au lieu de se vouloir.

La première fois que je lui pose la question sur ses ressentis, il me regarde comme si je venais d’une autre planète. Il remet en question mon professionnalisme tant mes questions le questionnent ! A plusieurs reprises je lui rappelle qu’il n’y a aucune obligation de continuer un accompagnement avec moi si c ‘est ainsi qu’il le ressent. Chaque fin de séance, il reprend RDV.

Il tente de jouer au chef d’entreprise avec moi. Mes questions le renvoient vers ses besoins personnels et sa liberté de choisir.

Jusqu’au moment où l’objectif est là. A la fois différent mais pas aux antipodes de la demande initiale. On pourrait dire que celle-ci a contribué à son élaboration tout en se transformant en quelque chose de plus « profond » : un objectif de vie qui respecte l’humanité de mon client. Par contre, le formuler et le signer lui est évident !

Et très peu de séances seront nécessaires ensuite pour le réaliser !

 

Le témoignage

« Votre écoute est incroyable. Je n’ai jamais été entendu comme vous l’avez fait. Merci »

Ce qui peut se traduire par : merci de ne pas être entrée dans mon jeu. D’avoir entendu au-delà des apparences.

 

Effets secondaires

Parmi les effets secondaires inattendus : la notion de temps a été une notion difficile pour lui. Dans son ancienne vie, tout son temps était voué à l’entreprise. Et le temps, c’est de l’argent !

La notion de repos était totalement absente. Et voilà qu’au fur et à mesure de l’accompagnement, il prend plaisir à rester à table avec la famille. A discuter de tout et de rien. A ne rien faire. C’est une première ! Avant, il s’ennuyait et fuyait.

Comment vous êtes-vous senti dans ces moments avec vos proches ? Son regard est un mélange d’émerveillement et d’étonnement. J’ai adoré…

En conclusion

Est-ce systématique qu’une demande initiale ne devienne pas l’objectif ?

J’ai envie de vous dire que le sujet n’est pas là. Il n’est pas de mettre en doute la demande initiale.

Un.e coach de vie se doit de la questionner pour que son client soit assuré de formuler le véritable objectif pour lequel il sollicite un accompagnement. Si elle résiste aux questionnements, c’est qu’elle peut être un objectif ! Si elle se transforme, c’est qu’elle a joué son rôle et s’est éclipsée…

C’est pourquoi, la demande initiale et l’objectif de vie doivent être questionnés maintes fois.

Jusqu’à atteindre cet espace intérieur qui a poussé à chercher un accompagnement.

Là où se trouvent des éléments d’une vie parfois mise sous le tapis pour un tas de raisons.

Là où attendent les aspirations mises en attente d’un jour meilleur. Celles qui demandent, aujourd’hui, à respirer, s’expanser, vivre !

En tant que coachs de vie, nous ne devons pas rester dans les apparences de nos clients.

C’est à ces conditions que les changements, petits ou grands, peuvent s’inscrire dans le concret avec simplicité. Qu’ils trouvent un terreau pour s’expanser jusque dans des effets secondaires étonnants et inattendus.

Le vivant suit son cours…

Patricia Verneret, coach de vie

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de cet article ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.

Ne manquez aucun article !

N'oubliez pas de cocher la petite case ci-dessous

En vous abonnant au blog, vous recevrez uniquement nos articles... Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.