Métamorphoser son histoire

Publié par FCV le

Métamorphoser son histoire

Boris Cyrulnik emploie l’expression  « métamorphoser son histoire passée »… Les parallèles entre sa vision de la résilience et le coaching m’ont semblé tellement évidents que j’ai choisi d’écrire directement inspirée de ses mots. Les explications des mécanismes de la résilience éclairent sous un autre jour les mécanismes d’un accompagnement humaniste coaching de vie.

Le coaching métamorphose l’histoire présente et celle non encore écrite.

Extraits choisis de son interview (le lien vous est donné à la fin de cet article) : J’ai subi un traumatisme, je suis bouleversé.e et je ne comprends pas… le cerveau dysfonctionne. Si je reste seul.e,  le cerveau tourne en boucle : pourquoi moi ? (Et autres questions du même acabit) … je reste prisonnier.e du passé.

La personne accompagnée en coaching n’a pas forcément subi de traumatisme grave (quoique…), en tous les cas ce n’est pas la raison qui la pousse à souhaiter être accompagnée par un.e coach.  Cependant  les émotions fortes éveillées par le changement ont les mêmes conséquences : particulièrement la peur et les angoisses devant une situation dont elle ne veut plus, dont elle souhaite sortir, mais ne sait pas encore comment ! Le cerveau tourne en boucle. En demandant un accompagnement, elle commence à sortir de la boucle de réflexions qui l’emprisonnent et l’empêchent d’avancer. Étant questionnées sur ses besoins, elle reprend le pouvoir de sa vie sur des évènements auparavant ressentis en état intérieur d’impuissance.

Extraits choisis de son interview : (…) demander à la personne d’élaborer son histoire ;  élaborer vient de  ex labourer…  il faut avoir les pieds sur terre pour « é-labourer » ! Attention, il ne s’agit pas d’élaborer qu’avec sa tête : Il peut y avoir une apparente cohérence mais elle est coupée de la réalité sensible. Il s’agit d’élaborer en lien avec sa réalité sensible (ses ressentis, son  corps, etc.).

L’accompagnement humaniste accompagne les clients dans leur entièreté. L’expression « réalité sensible » est très intéressante ! Il y a la réalité virtuelle, la réalité logique, la réalité intellectuelle, la réalité sensible… autant de réalités à explorer pour s’approcher le plus possible de la réalité objective d’une personne. En interrogeant  une personne, dans son présent, sur ses ressentis de l’instant et ses émotions à propos d’une situation, de ses décisions, de son objectif, elle se connecte à ses différentes dimensions intérieures pour bouger son regard sur ses responsabilités, ses besoins ici et maintenant, son potentiel, ses choix et décisions, ses en-vies et ses actes. Elle se connecte à son corps. Elle métamorphose son histoire présente.

Extraits choisis de son interview : en écrivant mon histoire, je vais choisir des mots, les changer, faire attention à ce que je dis pour me faire comprendre, je vais « é-labourer » ma mémoire.

Le coach de vie va reformuler, poser des questions, demander des précisions sur les faits- émotions- projections-l’objectif. La personne accompagnée « é-laboure » son objectif-son histoire présente et passée.

Extraits choisis de son interview : Il y a plusieurs souffrances : celle du réel et celle de la re-présentation du réel. En élaborant, j’ajoute une autre source de mémoire car je travaille alors la mémoire du trauma, non pas pour la répéter ni pour ruminer ; je vais fouiller, chercher, raturer, bref je vais « é-labourer » et ajouter une autre source de mémoire : celle de ce que j’ai écrit à la mémoire de ce que j’ai subi. J’ai  alors métamorphosé la mémoire non pas du réel mais de ce que j’ai reçu. Je n’oublie pas le passé mais j’ai métamorphosé la manière dont je ressens ce qui m’est arrivé. Si j’écris, si je fais un film, je dessine, je danse, je chante (tous les arts), etc.  je métamorphose ma mémoire.

La dynamique proposée par un accompagnement  coaching de vie métamorphose le présent et de ce fait le futur en les travaillant : des nouvelles perspectives inimaginables auparavant s’ouvrent.

En l’invitant à reformuler, à préciser, à changer d’angle de vue, à se voir de façon systémique, à se ressentir, à s’écouter, à se projeter dans des scénarios différents puis à décider des actes à poser, la personne accompagnée ouvre son présent, retrouve du choix, décide connectée à ses aspirations profondes… ce faisant, elle métamorphose son histoire présente et s’ouvre des nouvelles perspectives d’avenir !

Car oui, métamorphoser son avenir se joue dans le présent, dans les actes et le respect de Soi.

En écrivant cet article, j’ai l’impression de métamorphoser ma vision du métier de coach de vie…

Merci à Boris Cyrulnik d’apporter des éclairages profondément humanistes sur la nature Humaine.

Si vous le souhaitez, son interview : https://www.youtube.com/watch?v=b-doUuN8ja4

Patricia Verneret

Coach de vie


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :