Coaching ou arnaque ?

Publié par FCV le

Coaching ou arnaque ?

Émissions de radio, reportages, rumeurs diffusent une nouvelle : le coaching est une arnaque ! Et, pour donner du poids à des arguments bien orientés, 1 ou 2 exemples sont imagés avec quelques phrases entendues par-ci par là… ou sorties de leurs contextes.

La bonne nouvelle : le « blabla » ne dure pas et les rumeurs en chassent une autre. Ont-elles le temps de faire mal ?

J’entends les inquiétudes de coachs quant aux attaques contre notre profession. J’entends les hésitations des personnes qui souhaitent un accompagnement mais ne savent plus à qui se fier… C’est parfait ! La vigilance et l’authenticité sont questionnées. Chacun souhaite un professionnel sérieux et de confiance : les 2 mondes se rejoignent sur une envie de qualitatif…

Message pour les coachs

Si l’on passe son temps à répondre à toutes les attaques, on n’a pas fini ! Il est vrai que le mot coaching est employé à toutes les sauces tellement il est à la mode… cela passera. Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ni pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Souvenez-vous : il fût un temps où « le coaching, ça ne marchera jamais ! », puis « le marché du coaching est saturé ! » ou « le coaching de vie ? Pff… Soyons sérieux… ». Bref, rien ne va jamais… ce qui n’entame en rien son évolution et sa progression.

La question est : souhaitez-vous vous définir en fonction des rumeurs, en position de défense avec des  « je ne suis pas » ?  Alors c’est certain, vous subirez et alimenterez la dynamique engagée par les mises en cause et n’aurez d’autre choix que de participer à la polémique. Vous pouvez aussi proposer une alternative en mettant en lumière un autre chemin, la rumeur s’étouffera faute de matière car vous ne jouerez pas sur le même terrain de jeu.

Comment montrer sans démontrer vos valeurs, « qui vous êtes », votre posture ? Peut-on le faire sans rejeter, rabaisser, attaquer une autre opinion ? A chacun de réfléchir sur sa façon d’agir ou de ré-agir. Les regroupements en fédérations sont des réponses claires et fortes (car partagées) qui mettent à disposition du public et des coachs, des informations sur les valeurs, déontologies et exigences de qualité indispensables pour une pratique professionnelle de qualité.

Deux reportages sur le coaching qui reprennent les mêmes clichés… et les mêmes exemples !  Êtes-vous un cliché ? Les titres accrocheurs font vendre… et n’ont d’autre but que cela : vendre ! On peut attiser la peur pour faire le buzz ou faire une proposition qui réveille la responsabilité et le bon sens de chacun… En bref, incarner son éthique et ses valeurs est une autre réponse à ceux qui ne désirent montrer qu’une seule facette de l’évolution du coaching.

Message pour le public

Comment savoir si un coach est « sérieux »

Sa formation et sa certification: les critères exigés par la FCV (je ne parle pas au nom d’autres fédérations) peuvent être un bon baromètre.

Sa clarté : sa tarification est-elle claire ? Un contrat écrit doit être proposé avec la durée de la mission mentionnée ; l’objectif est fixé par le coaché.

Son professionnalisme : sa ou ses formations en coaching sont-elles accessibles au public ? Il ou elle est-il-elle supervisé(e) régulièrement ?

L’autonomie de son client est respectée : la mission de coaching a une fin programmée décidée par le client. Une fois celle-ci terminée, pas de « prolongation » proposée par le coach car il n’y a pas « plusieurs niveaux à passer ».  La démarche d’engager éventuellement une nouvelle mission différente est possible à la seule demande du client. Les stages de développement personnel n’entrent pas dans le domaine du coaching. Si un coach propose les deux, la différence entre ses différentes activités doit être claire.

Pas d’annonce du style « réussite garantie » : la réalisation de son objectif dépend uniquement de la personne accompagnée.

Co-responsabilités

Ceci étant clairement annoncé… Qui peut être « sûr » ?  Demander la sécurité absolue voudrait dire cesser de réfléchir par soi-même et de faire appel à son bon sens, prendre pour argent comptant l’opinion de l’autre, donner son pouvoir de décision à un autre qui saurait mieux que soi-même. Beaucoup de professions reconnues depuis longtemps exigent des études longues… tous les diplômés sont-ils pour autant tous « bons » ? N’existe-t-il pas dans tous les métiers des charlatans, des arnaqueurs et des égocentriques qui se nourrissent en prenant le pouvoir chez un autre ?

Certains s’empressent de remettre en question toute une profession alors qu’une poignée de personnes aux postures douteuses sont mises en lumière : et si l’on cessait les généralités qui ne mènent à rien hormis faire peur et satisfaire les égos ?

En séance de coaching, si le coaché restait dans des généralités, on lui poserait cette question : sur quel élément concret fondez-vous cette idée ?

Il serait alors plus juste de dire « certaines personnes qui se déclarent coachs ont des pratiques douteuses ». Les fédérations se créent pour poser des jalons : « voilà notre vision de ce métier sérieux que nous aimons et exerçons en notre âme et conscience. Nous avons réfléchi aux indispensables et voilà les critères préconisés qui peuvent servir de table des matières. » Ces informations permettent à chacun d’avoir des données suffisamment claires pour faciliter les choix.

La fédération de coaching de vie, FCV a été créée pour partager une vision du coaching tel que ceux qui ont adhéré l’exercent: un accompagnement humaniste d’une personne en changement professionnel aussi bien que personnel.

Nous pouvons poser une Déontologie, donner quelques signes qui allument le panneau  « attention », aider à la réflexion. Nous ne pouvons donner que des indications et ensuite, le vécu, le bouche à oreille, le scepticisme ouvert et le bon sens de chacun devront faire le reste du chemin.

C’est un peu comme lorsqu’une personne souhaite se faire accompagner : on lui propose quelques outils qui aideront sa réflexion, on la questionne sur ce qui est déposé. Notre participation au processus s’arrête là… Chacun fait sa part.

Dans ces rumeurs qui courent, que chacun fasse sa part, prenne ses responsabilités sur ce qui dépend de lui sans oublier : l’avis des autres, c’est la vie des autres !

Texte Patricia Verneret

Coach de vie et présidente FCV


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :