Les couleurs de sa vie

Publié par FCV le

Les couleurs de sa vie

Exemples de dialogues :

« – Comment vous sentez-vous ?

  • Ça va…
  • Pouvez-vous développer ?
  • Ça va… Je ne sais pas quoi ajouter. »

Ou encore

« – Comment vous sentez-vous ?

  • Je vais bien…
  • Je ne vous ai pas demandé comment vous allez mais comment vous vous sentez.
  • Je vais bien, je ne comprends pas votre question. Je ne sais pas comment je me sens, je ne me suis jamais posé la question ! »

A peu de choses près, ce sont presque des dialogues copier- coller entendus souvent dès qu’une personne est interrogée sur ses ressentis, ses émotions, ses sentiments.

Parfois, le manque de réponses vient d’une sorte de coupure dans la communication entre la tête et le corps. Tout est bien présent mais ne parvient pas jusqu’à la conscience.

Parfois, il vient d’un manque d’habitude d’exprimer ses ressentis. Dans ce cas, la personne sait quelque part au fond d’elle ce qu’elle ressent, mais les mots sont difficiles à trouver par manque de sollicitation régulière.

Parfois, il vient d’un système binaire trop souvent expérimenté : le « ou ou ». Ce qu’elle ressent est souvent ou très fort ou très absent. Le vocabulaire des émotions extrêmes est présent, mais toutes les subtilités intermédiaires ne sont ni vues, ni entendues, ni exprimées.

Ton intérieur mérite un vocabulaire riche !

A toi qui me lis…

Tes émotions sont comme une immense palette de couleurs. Bien sûr qu’il existe des couleurs primaires, mais leurs mélanges subtils apportent d’autres couleurs qui se déclinent indéfiniment et viennent enrichir le tableau de ta vie.

Tes sentiments ont plusieurs niveaux de profondeur comme les pinceaux sont faits de poils de longueurs et d’épaisseurs variables. Leurs utilisations sont donc différentes et dessinent des tracés plus ou moins grands en posant des touches spéciales et spécifiques dans le paysage de ta vie.

Tes qualités de caractère sont plus ou moins « incarnées». Celles qui sont proches de ton minimum peuvent être soutenues par d’autres qui en deviennent tes alliées-ressources. Ta grande curiosité peut peut-être soutenir ton optimisme en ce moment à son niveau le plus bas ; ton authenticité peut venir renforcer ton éloquence dispersée. Les cultiver apportera de la matière pour des nuances d’ombre et de lumière nécessaires pour le vivant contrasté des peintures de ta vie.

Dans tous les cas, plus tu cherches à observer tes subtilités intérieures, plus tu trouveras des mots précis pour les exprimer et plus tu prends conscience de cet intérieur. Plus tu les écoutes, plus tes capacités à t’entendre grandissent. Plus tu les entends, plus tes choix de vie sont en harmonie avec « qui tu es ». Plus tu t’enrichis d’un vocabulaire qui décrit tes perceptions-sensations subtiles, plus tu peindras des nouvelles scènes de vie… plutôt que de tenter de peindre par-dessus l’une d’entre elles, dont tu t’es trouvé(e) insatisfait(e).

Les tableaux de ta vie sont nuancés, profonds et lumineux. Certains auront la délicatesse d’une aquarelle, d’autres la structure du réalisme. Certains seront à l’image de tes explorations ombragées d’autres de tes explorations de déstructuration. Certains pourront même irradier jusqu’à toucher d’autres personnes qui vibreront avec toi dans un bel unisson.

Si tu prends un peu de distance, tu les verras dans leur ensemble et un fil conducteur apparaitra : un chemin unique, le tien… Pour le parcourir sereinement, écoute-toi ! Pour qu’il te mène vers de belles rencontres, sois aussi à l’écoute des subtilités de tes compagnons croisés sur ta route. Que le chemin parcouru ensemble soit long ou court, il peut te donner de multiples occasions d’ajouter des nuances de couleurs sur la palette de ta vie.

Et le coach humaniste dans tout ça ?

Le coach avec ses questions (comment vous sentez vous ?), ses outils (pour changer d’angles de vue), ses demandes de précision (qu’est-ce que cela vient toucher en vous ?), son ancrage et celui de son client (que voyez vous ? Que ressentez-vous ? Qu’entendez-vous ? Que visualisez-vous quand… etc.) va permettre à son client d’aller chercher tout au fond de lui tout le matériel nécessaire à son cheminement et à la réalisation de son objectif. Son vocabulaire pour exprimer sa vie présente va s’étoffer. Les mots posés seront de plus en plus fins et en cohérence avec les mouvements intérieurs. Les choix s’en trouveront plus nombreux et ouverts.

Le coach ne fournira ni les palettes, ni les couleurs, ni les pinceaux. L’environnement qu’il propose sera une opportunité pour la personne accompagnée de les dé-couvrir et de les utiliser à sa façon… ou pas !

Texte Patricia Verneret

Coach de vie et présidente FCV


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :