5 exemples de coaching de vie en milieu professionnel

Publié par FCV le

5 exemples de coaching de vie en milieu professionnel

Le coaching de vie en entreprise s’avère être une force de proposition en vue de rallier l’humain à l’efficience.

Le coaching de vie est avant tout un dispositif d’accompagnement au changement, au développement des ressources et à l’épanouissement personnel et professionnel.  

Sa vocation est d’optimiser le cercle vertueux « amélioration des ressources humaines– efficience – épanouissement ». Il en résulte un mieux-être au travail…

Selon une règle bien connue «une personne épanouie est une personne investie, créative et efficiente ».

C’est ainsi que le coaching de vie en entreprise est aujourd’hui plébiscité dans des missions pour lesquelles la dimension humaine (savoir-être)  est aussi déterminante qu’un savoir-faire.

Si chaque mission de coaching de vie est différente, le processus s’appuie sur un dispositif qualifié (demande-besoin-objectif de vie et consolidation) et basé sur une relation d’accompagnement.

A l’origine d’un coaching de vie en milieu professionnel, il y a une finalité clairement identifiée par l’entreprise. A cette demande, s’ajoute les attentes, les besoins, les aspirations d’hommes et de femmes en quête pour trouver précisément dans ce contexte les conditions d’un épanouissement et d’un mieux-être.          

Les exemples de coaching de vie en milieu professionnel ne manquent pas ! Quelques situations parmi d’autres…

1-Promotion interne

Jullien F., ingénieur 34 ans, se voit proposer une promotion interne dans le même service dans lequel il évolue actuellement. Dans 6 mois, il devra occuper le poste de responsable Recherche et Développement. Double difficulté en prévision : Devenir le leader de l’équipe (donc de ses anciens collègues) et surtout auprès de Jean-Pierre R. 52 ans, en poste depuis plus de 20 ans, qui par l’ancienneté aurait pu prétendre à ce poste de responsable.

Jullien F. se questionne sur sa légitimité à occuper réellement ce poste, surtout vis-à-vis de Jean-Pierre R. qui l’a « biberonné » à son arrivée et qui lui a transmis toutes les ficelles du métier. Jullien F. est conscient qu’il devra trouver en lui-même les moyens et les ressources pour dépasser son illégitimité rampante, les capacités à conduire ses anciens collègues, à la fois en se faisant respecter mais aussi en préservant la cohésion de l’équipe. Tel fut le défi de Jullien F.

Le coaching de vie lui a permis de prendre du recul sur sa perception de la situation (croyance, contrat de loyauté, culpabilité sous-jacente, etc.) mais aussi de définir un objectif de vie professionnel en lien avec ses besoins profonds pour pouvoir s’affirmer, définir la qualité de son relationnel et de son management.

2- Prendre une nouvelle fonction

Amélie G. 42 ans, est embauchée pour un poste de responsable des ventes sur le secteur Asie. Cette nouvelle prise de fonction est prévue d’ici 2 mois. L’entreprise qui vient de l’embaucher lui propose un coaching de vie sur 4 mois, histoire de la préparer à ses nouvelles responsabilités en amont de sa prise de poste, et de l’accompagner ensuite dans les premières semaines de son arrivée dans l’entreprise. Le secteur est très concurrentiel et nécessite de la part de Amélie G. une implication forte dès les premiers jours de sa prise de fonction.

Amélie G. se questionne sur ce changement radical de culture d’entreprise (elle vient d’un univers professionnel très différent) et sur la pression palpable de son nouvel employeur afin qu’elle soit rapidement opérationnelle. Occuper une nouvelle fonction, ce n’est jamais une étape facile. Amélie G. semble soudainement inquiète de ce qui l’attend !

Dans cette période charnière, le coaching de vie est le cadre adapté pour mobiliser les motivations, les ressources, éclairer les zones à risque, découvrir les enjeux d’une nouvelle situation. Mais aussi pour Amélie G. de faire de sa singularité une force ! A l’occasion d’un questionnement sur ses besoins profonds, sur ses aspirations, sur ses potentialités, elle est en mesure, en parallèle des attentes de l’entreprise, d’élaborer un objectif lui permettant de donner un sens à la fois personnel et professionnel à son projet.

Aux dires de Amélie G., ce coaching de vie lui a permis d’éviter de nombreux faux pas, des tâtonnements inutiles et d’être plus rapidement opérationnelle tout en restant fidèle à ses valeurs.

3- Se préparer à une situation à fort enjeu

Nicolas P. 39 ans, jeune directeur général d’une filiale au sein d’un groupe alimentaire, se voit proposer un poste à haute responsabilité stratégique auprès du Président de ce même groupe. L’enjeu est capital pour l’entreprise puisqu’il s’agit d’opérer en trois ans, une reconversion de l’activité principale de cette entreprise internationale. Bien sûr, Nicolas P. sera entouré de nombreuses sociétés de conseil spécialisées que ce soit sur le plan marketing, commercial, finance, etc. Nicolas P. a toutefois exprimé la demande d’un coaching individuel sur plusieurs mois afin de disposer selon ses dires « de temps de réflexion sur lui-même et sur les situations, de prise de hauteur et surtout afin d’explorer sans limite, tous les possibles qui peuvent se présenter à lui ».

Ce fût en fait un coaching très personnel puisque rapidement le questionnement s’est porté sur ses propres limites, sur ses capacités imaginatives et prospectives, sur l’exploration de stratégies aussi incongrues qu’ingénieuses et inventives. Les séances se déroulaient très tôt le matin (6h30-8heures) au minimum une fois par semaine, plus quelques fois si ses déplacements le permettaient.

En fin de coaching de vie, Nicolas P. déclara : « Ce coaching de vie m’a permis de bousculer mes limites intellectuelles, de stimuler mon inventivité, de prendre de la hauteur régulièrement. Grâce à ces temps de prise de conscience, à la possibilité d’ une réflexivité créative sans contrainte, le bénéfice de ce coaching de vie a été immense ».

4- Reprise de poste après une absence

Nathalie F. cadre de direction, 48 ans, s’est absentée de l’entreprise pour des raisons médicales. Son retour à l’activité professionnelle après plus d’un an, l’inquiète. Son employeur lui propose une reprise partielle au départ, accompagnée d’un coaching de vie. Nathalie F. accepte la proposition d’un accompagnement de type coaching de vie à condition qu’il puisse s’effectuer en dehors de l’entreprise.

Rapidement, Nathalie évoque sa crainte de ne pas pouvoir se mettre au rythme de l’entreprise. Le manque de confiance en elle est affiché. D’autant qu’elle considère son absence comme une défaillance. Et elle appréhende le regard des autres… Mais très vite, Nathalie aborde, ce qu’elle considère comme un vrai sujet pour elle : donnez un nouveau sens à sa vie.

C’est ainsi que Nathalie F. se questionne dès la première séance, sur ses besoins profonds. « Vous comprenez la maladie m’a donné l’occasion de réfléchir, de me questionner sur le sens de ma vie, sur ce qui est juste pour moi. Et ce coaching de vie est l’opportunité d’être accompagnée sur ce terrain personnel, je dirai même intime. Et d’aller beaucoup plus loin que ce que j’ai pu faire dans ma chambre d’hôpital ! ». A mes questions ouvertes, elle s’engouffre alors dans les brèches. Elle se questionne, elle explore, elle interroge son corps et ses aspirations profondes… Son objectif de vie s’élabore rapidement. Et Nathalie F. avance, bien décidée à l’atteindre. Dès qu’elle s’est mise en lien avec elle-même et avec ses besoins profonds, la confiance et l’estime de soi se sont renforcées.

Résultat de son coaching de vie : Elle se réoriente professionnellement. S’installe dans une vallée savoyarde, (elle adore les randonnées en montagne et le ski !), crée son entreprise artisanale (revente de produits artisanaux locaux). « Je gagne deux fois moins en salaire mais je suis deux fois plus heureuse. Pour moi le compte y est !»

5- Expatrié, le retour en France…

Alexandre S. 40 ans, a passé 15 ans à l’étranger et a travaillé pour des entreprises américaines et anglaises. Aujourd’hui, il décide de rentrer en France. Marié, trois enfants, il pense qu’il est temps de tourner une page… Toutefois, il se questionne sur sa capacité à intégrer de nouveaux usages à la fois sociaux et professionnels. Une entreprise lyonnaise lui propose un poste en région.

Pour se donner les moyens de réussir son retour en France, il décide d’être coaché (téléphone ou visio lorsqu’il sera encore au Cameroun et en présentiel dès qu’il sera installé à Lyon).

En fait son coaching de vie s’est rapidement orienté vers une mobilisation de ses capacités adaptatives, sur des temps de réflexion, de prise de hauteur, et de renoncements à des acquis qui n’ont plus cours ! « Le management à la française m’a dérouté au départ ! Il a fallu que je comprenne les us et les coutumes d’une hiérarchie pyramidale et que je m’adapte à une autre façon de collaborer. Les séances de coaching de vie m’ont été infiniment précieuses ».

La vocation du coaching de vie* est de faciliter chez la personne coachée une exploration, un développement et une optimisation de ses ressources dans le but de favoriser à la fois l’efficience, la notion de sens et le mieux-être.

Le coaching de vie en entreprise favorise la croissance individuelle et collective au cœur même d’un projet professionnel.

    Roger DAULIN Superviseur coach de vie 

    *Selon les critères définis par la Fédération Coaching-de-Vie

    Ne manquez aucun article !

    N'oubliez pas de cocher la petite case ci-dessous

    En vous abonnant au blog, vous recevrez uniquement nos articles... Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


    0 commentaire

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.