Être un coach humaniste…

Publié par FCV le

ÊTRE UN COACH HUMANISTE…

L’humanisme est à la fois une vision, une croyance et un postulat. Une vision parce qu’il questionne le futur et passe par une réflexion sur l’essence de l’homme. Comment cet humanisme peut-il, encore et encore, se déployer et se réaliser dans un quotidien ? A partir de ce qu’il est et là où il en est, comment l’homme peut-il progresser et évoluer dans son humanité ?

Être coach humaniste c’est se soucier de l’homme, de sa façon qu’il a de se mouvoir, de s’interroger, de se questionner et de s’animer. L’humanisme remonte aussi loin que l’humain a tenté de penser sa condition et de l’élever au-dessus de son animalité. Si cette démarche se distingue, entre-autre, par la raison, celle-ci se doit d’être cultivée. L’attention portée à l’éducation, à sa propre éducation, confère à l’humanisme l’une de ses pierres angulaires. Émerge alors l’idée d’un questionnement sur soi, d’un cheminement intérieur.

L’HOMME DEVIENT-IL MEILLEUR EN SE RENCONTRANT ?

Comment l’homme peut-il devenir meilleur si ce n’est qu’en se découvrant et en se rencontrant ? Cultiver son humanité, c’est s’interpeler, laisser émerger ses ressources et ses talents et s’ajuster au sens de sa vie. C’est  moins « donner du sens à sa vie » qu’accueillir le sens de sa vie et l’incarner. Heidegger parlait de « se soucier de son Être ». Il s’agit de se soucier de sa terre intérieure, de cette terre inconnue, pour l’essentiel en jachère, cette terre, « humus », sans laquelle rien ne pousse et ni ne s’élève.

L’humanisme, c’est poser la croyance que chacun a les ressources pour grandir, possède les réponses à ses questions et dispose d’une potentialité : celle d’un libre arbitre sur ses choix et sa destinée.

L’humanisme, c’est rappeler à chacun qu’il est porteur de sa dignité et de son accomplissement. En ce sens, réaliser sa vocation c’est mettre en mouvement son projet intérieur, sa Grande Histoire : il s’agit précisément de la convoquer et de l’incarner, ici et maintenant. C’est s’offrir de l’ouverture à d’autres possibles.

L’humanisme invite à prendre conscience de ce qui est jusqu’alors ignoré, cette part d’inconnu paresseusement installée au plus profond de soi. L’humanisme en appelle au mouvement, au questionnement, à la capacité d’exploration de chacun, pour que l’ignorance sur soi recule. Il encourage à s’ouvrir sur des expériences possibles, à demeurer disponible à ce qui émerge et se présente à soi. Si être humaniste c’est s’éloigner du monde de la certitude, c’est pour mieux appréhender son incomplétude et son non-savoir.

ÊTRE HUMANISTE, C’EST S’ÉLOIGNER DU MONDE DE LA CERTITUDE

Est-ce que l’humanisme ne serait pas tout simplement une aspiration à devenir plus humain ? A veiller à ce que nous ne grandissions pas hors-sol ?

L’humanisme, c’est porter la croyance qu’à tout moment, il est possible d’accoucher d’une nouvelle vie et de choisir consciemment ce qui la compose. Il est question de « réengager sa vie (1) », de la repenser à la lumière de ce qui se désencombre et se conscientise. L’humanisme, c’est exprimer le postulat qu’une nouvelle vie est toujours possible. Naître une seconde fois et incarner réellement sa vie, une vie choisie et voulue, c’est réinvestir sa vie au moment où la précédente s’effiloche, fléchit et s’échappe.

Le coaching de vie -ou coaching humaniste-  accompagne précisément cette mue, cette maturation, ce second départ…

Le coaching de vie favorise l’alternative : celle de réorienter sa vie, de la dégager des ornières du passé et de ses conditionnements. Le coaching de vie facilite la mise en contact avec cette ressource insoupçonnée appelée à se déployer : l’Être. Il en va ainsi de l’humanisme, porteur infatigable du déploiement d’une œuvre : celle d’exister au plus près de soi-même.

Roger DAULIN – Coach de vie et formateur – Président de la Fédération de Coaching de Vie

(1) Expression empruntée à François Jullien

– Cliquer ICI pour revenir sur le blog –

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de cet article ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :