La légitimité du coach de vie

Publié par FCV le

LA LEGITIMITE DU COACH DE VIE

Pas facile de faire partie d’une nouvelle profession… Le coaching de vie est une activité toute jeune et les valeurs qu’elle met en avant (l’autonomie de son client, le respect de l’autre tel qu’il est, l’accompagnement du présent sans analyse ni directives etc.) sont également précurseurs.

Cela génère de l’enthousiasme parce que tout est à vivre et que l’humanité profonde qui s’en dégage est réjouissante. Cela a aussi pour conséquence des difficultés à vivre sereinement son identité professionnelle causées par le scepticisme de ceux qui en parlent sans y avoir goûté et par la non-reconnaissance officielle : les certifications sont du domaine privé, les études en facultés sont plutôt réservées au coaching dit professionnel et/ou de performance.

Si l’on ajoute la délicate étape de passer de la formation à l’officialisation de l’installation, cela donne un cocktail pimenté !

Les fédérations, les regroupements, les institutions ont leur utilité, mais ils ne sont que des outils. Tout débute en chacun. Se sentir légitime en tant que coach de vie est une affaire de soi à soi : la reconnaissance par un organisme officiel ne signifie rien tant que l’on ne se reconnait pas soi-même.
Bref, la légitimité d’un coach débute par sa légitimité intérieure personnelle.

S’il n’y a pas d’introspection suivie d’un apaisement vis-à-vis de soi, d’une réconciliation, vous pouvez avoir tous les compliments du monde et passer à côté en les minimisant, en les réfutant, en faisant preuve d’une fausse humilité. Vous passerez à côté de la bienveillance, des regards accueillants, parce que vous allez les distordre, les déformer comme un miroir qui déforme l’image. Votre sentiment d’illégitimité va transformer le monde autour de vous.

Cela devient une affaire de réconciliation intérieure et extérieure, de reconnaissance. Jouons avec les mots !

Réconciliation : action de faire concorder ensemble différentes parties qui semblaient en opposition.

Ré- conciliation : tout a déjà été concilié, c’est un retour à la source, aux liens intérieurs déjà présents mais perdus de vue depuis un certain temps… Tout est déjà là, reste à s’en apercevoir ! Et créer des passerelles, des liens pour que tout puisse circuler librement…

Reconnaitre… Re-connaitre… tout sert pour nous rappeler qui nous sommes. Se connaitre à nouveau, comme se découvrir, dans le sens d’enlever la cagoule et les gros pulls pour voir qui se trouve dessous.

Re-co-naitre : le miroir dans les yeux de l’autre et les émotions qu’il génère aide à se rappeler qui nous sommes ou ne sommes pas, dans le sens de s’identifier ou de voir dans le regard d’un autre, une facette de soi. C’est une co-naissance…

Re-co-naissance : nous renaissons ensemble à chaque instant…

Reconnaitre : comme un père ou une mère reconnait son enfant et ce faisant, clame au monde : il est mon fils, elle est ma fille ! Reconnaissez-vous et clamez au monde la personne que vous êtes…

En tant que coach de vie, reconnaissez-vous, appropriez-vous votre place et votre posture. Reconnaitre, c’est devenir officiellement, c’est « être », pas seulement à ses propres yeux, mais sous le regard de l’autre.

La reconnaissance ou la légitimité par rapport aux autres ne vient pas sur simple parole de votre part ou parce qu’un bout de papier estampille le sérieux de votre formation : ce ne sont que les débuts de votre (nouvelle ou pas) aventure professionnelle. Elle vient parce que vous incarnez tellement ce que vous racontez, ce que vous prônez, que cela devient une évidence sans aucun doute possible. Alors, les autres sont dans « l’obligation » de vous reconnaitre devant la cohérence intérieure que rien ne vient parasiter et l’image ne dit pas le contraire de la parole ou vice-versa. On le voit, tout naturellement sans même un argument pour tenter de convaincre.

Tiens, au fait, étymologiquement, « légitimer » c’est « reconnaitre pour authentique ».

Alors n’essayez pas d’être coach comme untel ou untel ! La clientèle que vous recevrez vous amènera à trouver-ancrer le coach que vous êtes. Il n’y a pas de place meilleure qu’une autre ; chaque chose, chaque personne est utile là où elle est, telle qu’elle est. Les personnes qui viendront solliciter vos services seront celles qui vous trouveront le plus d’affinité avec elles-mêmes ou qui sauront inconsciemment que vous êtes le coach-miroir idéal pour elles !

Vous, tel que vous êtes aujourd’hui : coach installé récemment ou depuis de nombreuses années, avec tel ou tel passé professionnel ou personnel.
Soyez un coach de vie authentique et le reste coulera de source…

Texte Patricia Verneret
Coach de vie et présidente FCV


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :