Le réseau relationnel, une clef essentielle pour développer votre activité !

Publié par FCV le

Le réseau relationnel est une clef essentielle pour le développement de l’activité coaching de vie. C’est non seulement un accélérateur de croissance mais aussi une base indispensable pour la pérennité de l’activité. « Réseauter » ce n’est ni un calcul carriériste, ni réservé à une élite, ni un mal nécessaire. C’est naturellement inscrire la culture de la mise en relation au cœur de son activité. Et elle n’appartient pas qu’aux extravertis ! Tout le monde « réseaute » sans le savoir. Toutefois, pour que le « réseautage » soit efficace et professionnel, quelques règles simples s’imposent.

 

Qu’est-ce qu’un réseau relationnel ?

Considérons nos relations, personnelles, sociales et professionnelles comme un maillage, une systémie. Chacun est porteur d’un réseau c’est-à-dire d’un ensemble de contacts composé de personnes proches, moins proches et éloignées. Chaque personne est en interaction les unes avec les autres. Contacter l’une d’entre elle, c’est potentiellement pouvoir entrer en relation avec toutes les autres. Famille, amis, anciens stagiaires, camarades de classe, parents d’élèves, artisans, commerçants, professionnels de santé, membres d’associations, anciens collègues de travail, clients, fournisseurs, etc. La liste est longue et avec de la persévérance, vous atteindrez ­les 250/300 contacts ! Certains peuvent être joints rapidement, d’autres dans un second temps, les derniers enfin, pourront être recontactés grâce peut-être à l’entremise des précédents.

Lister vos contacts. Tous ! Répartissez-les par rubriques sans vous censurer sous prétexte qu’ils vous ont peut-être oublié depuis toutes ces années, que vous ne voyez pas comment les joindre, comment justifier votre appel ou que vous doutiez qu’ils se souviennent encore de vous !

Classez les personnes en 3 niveaux :

1er niveau : C’est le cercle de vos proches. Ils sont acquis à votre projet et vous êtes régulièrement en contact avec eux. Ce premier niveau est constitué de « contacts et de liens forts et soutenants ».

2ème niveau : Ce niveau est organisé de personnes que vous rencontrez de temps en temps, avec lesquelles vous pourrez rapidement établir un prochain contact.

3ème niveau : Il s’agit de personnes rencontrées, croisées, plus ou moins proches, mais dont vous avez perdu le lien, des personnes rencontrées au moins une fois dans l’année.

A – Faites l’effort de rechercher les occasions, les soirées, les repas, les rencontres auxquels vous avez participé… Comment obtenir les coordonnées des personnes dont vous vous souvenez ? Qui pourrait établir le lien ? Et, sans oublier que cette recherche, c’est aussi l’opportunité de communiquer sur vous et votre activité !

B – Recueillez le maximum d’informations sur les contacts ciblés.

C – Demandez à être mis en relation avec une personne ou de vérifier les données la concernant.

D – Posez-vous la question de savoir qui pourrait vous recommander.

E – Et enfin, qui ne sait pas encore que vous êtes coach de vie ?

Nombreux sont ceux qui disent « développer un réseau, ce n’est pas pour moi, je ne suis pas à l’aise et trop timide »

Avant tout, il s’agit de rester soi-même. Il y a autant de façons d’être en réseau qu’il y a de personnalités. Il n’est nullement exigé d’utiliser des artifices, de coller à des stéréotypes, de « faire le commercial ». Rester soi-même et persévérer dans l’élaboration et l’exploitation du réseau suffisent pour obtenir des résultats.

Mais il faut néanmoins établir des contacts, téléphoner, prendre des rendez-vous, sortir, aller au-devant d’inconnus…

En effet, il s’agit de sortir de sa zone de confort. Une évidence s’impose : donner la possibilité au client de nous connaître pour qu’il puisse nous contacter ! Ce n’est pas parce que le coach de vie se sent prêt et professionnel dans son coin que le client viendra tout seul ! Cette croyance s’appelle une pensée magique…

Téléphoner pour demander un service à cette personne ou à celle-ci d’être le relais auprès d’un autre contact, informer sur son activité, adresser la parole à des inconnus, découvrir des interlocuteurs professionnels différents, telle est l’activité principale du coach de vie en début d’activité. Oser et agir !

Une fois votre liste de contacts prête, il faut se lancer sans trop réfléchir. La crainte et l’inhibition venant de la pensée, toutes les raisons pour ne pas y aller risquent alors d’influencer et de bloquer votre dynamique. Il n’y a pas de prouesse à effectuer et ce n’est pas non plus une compétition contre vous-même. Et tout contact établi, vivez-le comme un encouragement, une petite victoire.

Reste que vendre est souvent difficile pour un coach dont ce n’est ni la formation, ni le profil le plus souvent

Qui vous a dit qu’il faut vendre ? Si vous n’êtes pas un commercial dans l’âme, alors créez le contexte adéquat pour que le client potentiel achète la prestation. Plutôt que de vouloir vendre vos prestations en coaching de vie à votre interlocuteur, demandez-lui une introduction, une recommandation ou une mise en relation directe auprès d’autres personnes potentiellement intéressées par votre compétence, et ainsi de suite… L’information circule, votre fichier s’étoffe et les opportunités apparaissent. N’hésitez pas à préciser que vous créez votre entreprise, qu’un petit coup de pouce est le bienvenu, et que vous avez besoin de vous faire connaître. Il est plus facile et moins stressant de demander à votre interlocuteur de vous mettre en relation avec d’autres personnes que d’essayer de lui vendre votre prestation. Entre temps, de façon claire et concise, vous lui avez situé votre compétence et votre champ d’action. Ainsi, il sait ce que vous proposez, il prendra contact avec vous s’il en ressent la nécessité pour lui ou il deviendra l’un de vos ambassadeurs.

Savez-vous que, même en partant du cercle relationnel familier, dès le deuxième, voire le troisième contact établi par l’un de vos proches, vous sortez de votre zone d’influence habituelle !

En conclusion, ne sous-estimez pas votre réseau relationnel quel qu’il soit : il est une excellente base de départ. Entraînez-vous à sortir de votre zone de confort en remettant en question vos croyances limitantes, celles qui vous encombrent et brident votre capacité à être en lien. Et à partir de votre liste soigneusement élaborée et des contacts prioritaires sélectionnés, faites vos premiers pas pour activer votre réseau avec constance et conviction.

Roger DAULIN

Président de la FCV

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :