Coaching de vie : résiliations de contrats

Publié par FCV le

Coaching de vie : résiliations de contrats

Je souhaite arrêter.

Voilà une annonce qui peut faire peur au coach entrepreneur. De bien des façons.

Financièrement… car perdre un client, c’est perdre une source de revenu. Très difficile à vivre surtout quand la clientèle n’est pas encore suffisamment régulière pour en retirer un salaire digne de ce nom.

Professionnellement, car un abandon de mission par un client peut réveiller un sentiment de culpabilité ou d’illégitimité : quelle erreur ai-je commise ?

Et le-la coach de vie se trouve embarqué.e dans des contradictions intérieures difficiles à vivre. Son éthique et sa posture lui indiquent que si un.e cliente arrête, c’est juste ! Son humanité et son égo remettent en question son efficacité.

Cet article vous propose 4 exemples de résiliation de contrat pour aller un peu plus loin que les apparences…

Avant de commencer

Quelques évidences à rappeler :

  • La supervision est l’endroit qui permet de réfléchir plus profondément à cette situation !
  • Si dans votre clientèle, le nombre de personnes qui résilient leur contrat est important, il y a effectivement des éléments à revoir dans vos fondamentaux, posture, etc.
  • Tout contrat doit contenir une clause de résiliation.

Note de l’auteure : les prénoms ont été changés par souci de confidentialité.

Exemple 1

Michèle, jeune retraitée, arrive au rendez-vous dans une attitude « incertaine ». Pourtant lors de l’entretien téléphonique, elle semblait décidée à commencer un accompagnement coaching de vie. Elle en a besoin. Veuve depuis plusieurs mois, les pleurs s’invitent régulièrement. Elle ne parvient pas à aller de l’avant. Enfin… ce sont ses enfants qui le disent.

Au fur et à mesure de la séance, des larmes coulent, signes de son désarroi. Non pas dû à son veuvage, mais à sa difficulté à se positionner. Toute sa vie, elle a écouté l’avis des autres sans jamais s’écouter elle. Son mari décidait de tout et désormais ce sont ses enfants. Et aujourd’hui, elle n’a pas su-pu leur dire qu’elle ne voulait pas venir en coaching. Elle ne veut pas leur faire de peine.

Mes questions la ramènent à ses besoins à elle. 

Mes enfants disent…  Et vous, vous en pensez quoi ?

Je m’en veux d’être ici… je vous fais perdre votre temps.  Mon travail est aussi de m’assurer que vous soyez prête à vous engager dans un changement, que vous le désiriez.

De fil en aiguille, il lui devient de plus en plus évident qu’elle ne souhaite pas changer quoi que ce soit pour l’instant. Sa vie lui convient telle qu’elle est. Elle a besoin de temps. Elle s’autorise à ressentir ce qu’elle ressent. Et tant pis si son entourage ne comprend pas ou en a peur.

Le rendez-vous prend fin et avec lui, le coaching de vie.

L’avis du coach de vie 

Michèle a signé dès le début de la séance la partie du contrat qui concerne la déontologie, les règles, les conditions de résiliations, etc. Cette unique séance a donc eu lieu en respectant le cadre posé dans le contrat ! 

Bien que cette cliente ait arrêté, j’ai la sensation qu’il s’est passé beaucoup de choses en une seule séance. C’est la première fois que Michèle décide quelque chose pour elle-même en faisant un choix contraire à son entourage proche.

Elle a écouté ses besoins réels et non pas ceux projetés par ses enfants… et c’est la première fois depuis très longtemps qu’elle ose se positionner !

Exemple 2

Angélique, femme d’une cinquantaine d’années, me contacte sur les conseils insistants d’un ami. Tu devrais aller voir Patricia ! Elle décide de prendre contact avec moi. Je lui explique en quoi consiste le coaching de vie. Elle parait intéressée. Raccroche en disant qu’elle rappellera pour prendre rendez-vous. I est une femme très indépendante qui a l’habitude de prendre ses décisions et d’aller très vite dans ses actions. Puis, plus de nouvelle…

6 mois plus tard, elle me recontacte sur les mêmes conseils très « appuyés » du même ami. Sa situation problématique pour elle n’a pas bougé d’un iota. Elle m’envoie un mail pour connaitre mes disponibilités pour une première séance de coaching. Je lui fais quelques propositions d’horaires. Et pas de réponse !

Une année passe, elle m’appelle pour prendre rendez-vous, toujours sur les conseils très insistants de ce même ami. La situation lui est devenu tellement intolérable, qu’elle se sent prête pour s’engager dans un accompagnement coaching de vie.

La mission débute

Pendant les séances, Angélique tourne en rond perdu au milieu de ses « c’est la faute à ».  L’objectif prend du temps à émerger et cela l’énerve. Mes questions l’interpellent régulièrement sur sa responsabilité (dans ses relations, ses choix de vie, ses choix professionnels) et ses ressentis qui sont aux abonnés absents. Sa tête dirige tout, contrôle tout, au détriment de son être qui ne respire plus.

Elle voudrait que sa situation change mais ne veut rien changer. Elle fixe un objectif très ambitieux eu regard à la temporalité qu’elle souhaite. Elle bloque sur les questions qui lui demandent d’approfondir sa réflexion. S’énerve devant mes questions sur ses ressentis. Elle est au bord de la rupture.

Au bout de 6 séances, elle manifeste son désir d’arrêter : ça n’avance pas !

Séance de consolidation-bilan

Comme indiqué dans le contrat d’accompagnement qu’elle a signé, elle réalise une séance de bilan-consolidation.

Cette séance aura été très importante. Elle constate que, finalement, elle a avancé même si ce n’est pas au point d’avoir atteint son objectif. Elle prend conscience qu’elle n’est pas prête à faire les changements que son objectif lui demande.  Qu’elle préfère attendre des circonstances plus favorables. Elle est en paix avec cela.

L’avis du coach de vie

Ma posture de coach de vie n’a pas été facile à tenir tant Angélique aurait voulu que je lui apporte des solutions immédiates et instantanées. Tant sa souffrance était palpable.

Avant de commencer son accompagnement et suite à ses premières prises de contact, je ne l’ai jamais recontactée. Quand on n’est pas prêt, on n’est pas prêt ! Lors de la 1ère séance, je lui ai posé la question : vous sentez-vous prête ?

Le S et le M du SMARTE* étaient ok, mais pas les autres parties. Elle l’a vu mais n’a pas souhaité le changer d’un iota : c’est ce que je veux !  Elle était pressée.

On pourrait dire que tout préparait à ce que cette mission s’arrête avant la fin ! Aurais-je dû la refuser ?

La supervision m’a rappelée que le coaching de vie accompagne une personne de là où elle est jusqu’où elle souhaite aller.

J’ai posé les questions avec le plus de délicatesse possible tout en restant dans le cadre fixé. Je crois bien que c’était la première fois qu’Angélique s’interrogeait (par mon intermédiaire) sur ses ressentis. Que sa dimension émotionnelle était abordée.

Les séances de coaching et la séance de consolidation lui ont permis de clarifier une foule de choses. Et aussi de se rapprocher un petit peu de ses ressentis qui entraient en conflit avec ce que son mental projetait…

Exemple 3

Mélissa, jeune femme d’une trentaine d’années, désire être accompagnée car elle se retrouve régulièrement dans les mêmes situations. Elle comprend qu’elle doit changer quelque chose, mais quoi ? En parallèle, elle est suivie par une psychologue.

Chaque séance ressemble à une bataille. Toutes les questions posées sont systématiquement refusées : elle sait qui elle est, comme elle pense est la vérité !

Pourquoi me posez-vous cette question ? Elle n’a aucun intérêt !

Mélissa estime avoir déjà suffisamment travaillé sur elle ! Chaque fin de séance la voit cependant plus posée.

Des résistances insurmontables

Son mental et son analyse d’elle-même sont surpuissants en rapport à ses ressentis existants. Ils apparaissent seulement quand je pose la question. Elle signe son objectif tout en ne manifestant dès le départ aucune envie d’interroger « ses vérités » ou ses croyances qui l’empêchent d’avancer. Elle les voit. Mais ses résistances mentales sont extrêmement fortes. Elle veut changer sans rien changer. Et si rien ne change, c’est de la faute du coaching !

Évidemment, les problèmes abordés dans les séances avec sa psychologue, ressortent aussi pendant les séances de coaching ! Et cela l’énerve fortement. Même si le coaching de vie l’invite ailleurs que dans l’analyse.

A la 3ème séance, je l’interroge sur ses ressentis en rapport aux séances de coaching avec moi. Peut-être souhaite-t-elle être accompagnée par une autre personne ?

Mélissa ne répond pas, semble vouloir continuer, tout en mettant en avant le fait que tout son environnement part dans tous les sens. A la fin de la séance, elle dit qu’elle reprendra un RDV en revenant de vacances.

Elle n’a jamais repris contact.

L’avis du coach de vie

Évidemment, ces séances m’ont demandé de rester « stoïque » face à sa colère permanente emplie de frustrations… je me sentais moi-même frustrée puisque toutes mes questions étaient directement rejetées, ou refusées. Les silences étaient envisagés avec suspicion.

La supervision m’a aidée à comprendre et à accepter le fait que le coaching de vie n’était pas adéquat pour cette personne.

Mélissa est venue titiller le côté sauveur que l’on peut ressentir.

Ai-je bien fait d’accepter cet accompagnement ? J’ai suivi mes ressentis. C’était « juste » de l’accompagner. Et c’était « juste » que cela s’arrête.

Je ne sais pas si elle en a retiré quelque chose mais je ne peux m’empêcher de penser qu’on retire toujours quelque chose de nos expériences !

Exemple 4

Amandine et René viennent pour un coaching de couple. Rapidement, il ressort que c’est Amandine qui en est à l’initiative. Ils ont une grande différence d’âge qui n’a jamais gêné… jusqu’à aujourd’hui. Amandine et René ont réellement envie de faire perdurer leur relation mais des divergences dans la dynamique posent problème.

Après m’être assurée que René souhaite également s’impliquer dans cet accompagnement, les séances débutent et un objectif commun est trouvé.

Les séances de coaching

Amandine se révèle impatiente. René est plus réservé. Il veut lui faire plaisir. Les séances leur permettent d’aller au-delà de l’idée de faire plaisir. Ils co-évoluent, ils s’écoutent de façon « égalitaire » aidés par le cadre posé par le coaching de vie. Ils respectent leurs dynamiques différentes même quand c’est difficile.

Jusqu’au moment où René marque son désir de s’arrêter là. L’accompagnement lui a demandé de réfléchir beaucoup plus qu’il ne l’avait jamais fait. De se dire à voix haute devant témoin comme jamais. Il est parvenu dans ses limites sans que l’objectif signé soit atteint.

Au bout de 6 séances, le contrat d’accompagnement du couple est résilié d’un commun accord et la séance de consolidation-bilan a lieu.

Amandine décide alors de commencer un accompagnement en solo, entre autres, pour parvenir à accepter la nouvelle synergie de son couple.

L’avis du coach de vie

Me suis-je suffisamment assurée de l’envie de René de s’engager dans un accompagnement de couple ? Oui.

Du début à la fin de ce contrat, ce couple a bougé, s’est écouté… et cette écoute a été jusqu’à l’acceptation des différences. Tout le monde a été respecté y compris dans les limites qui ont été exprimées.

Conclusion

Heureusement que les cas de résiliation sont rares parmi une multitude de missions de coaching diverses et variées ! Cela peut être difficile à vivre pour un coach de vie. Les supervisions m’ont vraiment aidé à faire la part des choses, comprendre, accepter, bouger.

Je retire de ces accompagnements plusieurs éléments :

  • L’espace coaching de vie a des limites posées par les personnes accompagnées. Je le savais ! Certains accompagnements m’ont aidé à intégrer cette notion et à respecter cela encore plus.

« Notre système intérieur » protège : les changements ne peuvent s’opérer que quand la personne accompagnée se sent réellement prête. Pas prête mentalement mais profondément. Il est important de respecter cela. Cela peut bouger avec du temps. Certaines personnes viennent effleurer ces limites histoire de les assouplir. D’autres sont prêtes pour les franchir.

La possibilité d’une résiliation d’un contrat d’accompagnement clairement exprimée par le coach de vie (et acceptée) le permet. Cela n’encourage pas les désistements mais renforce la confiance du client en le fait qu’il garde les rênes de son destin.

  • Il est important de s’accorder le droit d’évoluer dans sa pratique de coach de vie. Est-ce qu’aujourd’hui, j’accompagnerais ces personnes de la même façon ? Probablement pas. Cependant je garde aussi en tête que je ne sais rien. Et les clients savent ce qui est juste pour eux. Qu’importe le nombre de séances, un contrat qui va jusqu’au bout ou un contrat qui se résilie. Des erreurs de ma part ou aucune.
  • Les accompagnements dont l’objectif est atteint, apportent autant de satisfaction aux clients qu’à nous-mêmes ! Nous sommes humains… Ce qui peut apporter une espèce d’auto-satisfaction confortable. Cependant, ce sont les résiliations de contrat qui m’ont fortement fait avancer dans ma pratique en me remettant en question. En me donnant des opportunités d’évolution personnelle et professionnelle. En étant bousculée dans mes certitudes.

Un espace de liberté

Le coaching de vie est à la fois un espace relationnel qui permet des transformations importantes. Et à la fois, il n’est qu’un « petit détail » dans la vie d’une personne. Il ne dure qu’un temps.

Qu’importe que ce temps soit long ou court. Qu’en apparence il y ait réussite ou pas. Il participe au mouvement.

Nous annonçons dans notre charte avoir confiance en les capacités de l’être humain à trouver ses propres solutions. Une résiliation de contrat fait partie de la dynamique si le chemin d’un.e client.e doit passer par là. 

Une résiliation est une fin de contrat pour les coachs de vie et un positionnement clair des personnes accompagnées !

Elle ne doit pas être systématique. Mais quand elle est là, nous pouvons la considérer comme une actrice de l’accompagnement coaching de vie.

Patricia Verneret, coach de vie

*S comme spécifique, M comme mesurable.

Pour en savoir plus

Question de bon sens : Vous pouvez partager et distribuer le contenu de cet article ; il suffit de citer vos sources et de ne pas modifier, transformer ou altérer son contenu.

Ne manquez aucun article !

N'oubliez pas de cocher la petite case ci-dessous

En vous abonnant au blog, vous recevrez uniquement nos articles... Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.